Le CBD et sa commercialisation sont étroitement liés à la légalisation du cannabis : l’accès libre à la plante favorise en effet la recrudescence de produits dérivés, dont ceux basés sur le CBD. Historique des différentes étapes ayant fait progresser la vente de produits légaux. 

Politique de tolérance aux Pays-Bas

Les Pays-Bas sont la première nation opérant une distinction entre les drogues dures et les drogues douces, dès les années 1970. Une politique de tolérance se met en place vers 1976, les citoyens ne pouvant être poursuivis après une arrestation pour détention de moins de 5 grammes de cannabis. Cette politique autorise aussi les résidents hollandais à cultiver ses propres plantes (dans la limite de cinq plants par foyers) pour une consommation personnelle.

Aujourd’hui, la vente de cannabis (jusqu’à 5 grammes par acheteur) est autorisée et les coffee-shops ont pignon sur rue en Hollande, notamment dans des villes réputées pour leur tolérance, à l’image d’Amsterdam.

 

Légalisation aux Etats-Unis

Deux états (Colorado et état de Washington) sont les premiers à voter, dès 2012, la légalisation de faibles quantités de marijuana (possession autorisée jusqu’à 28 grammes) qui prend effet le 1er janvier 2014. Des produits contenant du THC et du CBD sont commercialisés dès la légalisation : huiles, chewing-gum, chocolats, fleurs.

Plusieurs autres états emboitent le pas, dont l’Alaska, le district de Columbia (Washington D.C.), l’Oregon, le Massachusetts, le Nevada, la Californie, le Maine, la Floride, l’Arkansas, le Dakota du Nord, le Montana ainsi que la ville de la Nouvelle-Orléans. Tous n’autorisent pas l’usage récréatif et limitent la consommation à une utilisation thérapeutique.

Légalisation en Uruguay

Le 19 juillet 2017, l’Uruguay devient le premier pays au monde à autoriser la production et la commercialisation du cannabis, sous contrôle de l’Etat. L’ancien président “Pepe” Mujica est à l’origine de cette loi, destinée à combattre le narcotrafic et le crime organisé. La marijuana peut être vendue en pharmacie, les citoyens uruguayens et les résident pouvant cultiver la plante à leur domicile et l’acheter légalement.

 

Légalisation en France

Médicaments

Depuis le 5 juin 2013, les médicaments basés sur les cannabinoïdes ne sont en théorie plus interdits dans l’Hexagone. C’es notamment le cas du Marinol, un antalgique utilisé pour soulager les nausées entraînées par les chimiothérapies ou traiter des glaucomes, et pouvant être prescrit dans le cadre d’une ATU (Autorisation Temporaire d’Utilisation). Le Sativex (basé sur le THC et le CBD naturels), traitement contre la sclérose en plaques, reste bloqué malgré son autorisation de mise sur le marché, faut d’avoir pu trouver un accord sur son tarif de vente.

Vente de produits au CBD : fleurs, huiles, etc.

En 2017, les premières ventes de produits basés sur le CBD (et sur un faible taux de THC, inférieur à 0,2% comme l’oblige la loi française) et provenant de Suisse stimulent un engouement qui ne se dément pas en 2018 : ouvertures des premières boutiques à Paris et en Province, ouverture de sites en lignes français, et premières arrestations.

L’origine de cette ruée vers l’or ? Un vide juridique identifié en avril par un maître de conférence à l’Université de Nantes, Renaud Colson. L’article, paru dans Libération, a suscité de nombreuses réactions, y compris de la part des autorités : ouvertures d’enquêtes après l’implantation des premiers coffee-shops parisiens, déclarations et menaces de la Ministre de la Santé, rappel de la MILDECA

Ce qui n’empêche pas les consommateurs de répondre à l’offre proposée sur le net et en boutique : ventes qui explosent, produits qui se multiplient (fleurs, mais aussi huiles, chocolat, farines, crème solaire…) et clients qui se diversifient, du fumeur de joint au malade atteint de simples maux de dos comme de la sclérose en plaques en passant par le cadre trentenaire souhaitant tester le “cannabis light”.

 

Légalisation au Canada

Le 17 octobre 2018, la consommation et la culture de la marijuana deviennent légaux au Canada, second pays au monde à les autoriser après l’Uruguay (voir plus haut). Justin Trudeau, premier ministre du pays, a notamment expliqué que le système répressif actuel ne fonctionnant pas, il préférait l’audace de la légalisation pour mieux contrôler la consommation des jeunes. 30 grammes de cannabis par personne seront autorisés (détention) pour une culture allant jusqu’à quatre plants par personne (ou par foyer).

CBD légalisation